Une pédagogie du Silence

A quel moment donne t-on une connaissance, réalise t-on un apprentissage ?

C’est la question du point d’inflexion. En guise de réponse, je dirais qu’il y a dans la Pédagogie Kaddouch, la règle de la prééminence des ressources individuelles sur les solutions connues et convenues. L’objectif est de permettre aux ressources de l’enfant, de s’exprimer d’abord, en évitant qu’elles ne soient masquées par une solution artificielle.

L’art du silence est l’art de favoriser un élan d’apprentissage, par l’ignorance voulue d’une solution toute faite. Ainsi, l’insolence de l’ignorance va stimuler les forces créatrices pour résoudre une situation. Comme on ne sait pas, on va stimuler ses ressources pour produire une solution. Dans un second temps, la mise en concurrence de la solution connue et la solution inventée permettra une vraie démarche d’appréhension et de compréhension des enjeux.

La pédagogie du silence consiste donc à faire taire une voie d’apprentissage pour permettre d’en stimuler une autre plus performante. C’est une forme décalée d’inhibition cognitive en ce sens que, pour éviter un biais, une mauvaise réponse, l’esprit bloque une stratégie routinière pour laisser apparaître une stratégie performante mais pas immédiate.

Le maître doit donc apprendre l’art de taire des informations autant que de les déclarer.

Prenons l’exemple des noms de notes et de l’improvisation vocale.

Tant que l’enfant ne maîtrise pas les noms de notes, il vocalise (la la la) des airs improvisés en utilisant tous types d’intervalles dont des septièmes mineures, Majeures, des sixtes (écarts importants) et prend des « risques » modulatoires importants (modulations dans différentes tonalités Majeures ou mineures parfois lointaines). Dès qu’il maîtrise les noms de notes, on peut observer qu’il se contente d’emprunter des chemins « convenus » avec des ordonnances de notes dont il sait qu’elles fonctionnent.

La maîtrise prématurée des noms de notes entraîne une rupture nette de la créativité, il est donc important de choisir le bon moment pour que les fonctions exécutives de l’enfant (cortex préfrontal) soient suffisamment développées pour coupler l’habileté à manier les noms avec la hardiesse du vocaliste. La pédagogie du silence consistera dans ce cas, à donner la technique d’improvisa- tion avec les noms quand le maître sera sûr qu’elle enrichisse rapidement les productions improvisées de l’élève, qu’elle ne les routinise pas.

Partager l'article :

Nos dernières actualités
Blog

Une pédagogie du Silence

A quel moment donne t-on une connaissance, réalise t-on un apprentissage ? C’est la question du point d’inflexion. En guise de réponse, je dirais qu’il

Lire l'article »
Actualités

Le renforcement positif

Dans cet ouvrage destiné aux parents et aux professeurs, le message que j’ai voulu transmettre est, en substance, que le potentiel de l’enfant, qui prend

Lire l'article »
Actualités

Idée Cadeau !

Pour vos proches, famille ou amis, un cours de découverte de soi et de ses potentialités créatives et musicales, peut être un cadeau subtil !

Lire l'article »