Ateliers

1) La méthode d’apprentissage des langues : Kaddouch Language School
2
) “La pédagogie Kaddouch au service des enfants à haut potentiel”

3) La méthode d’éveil corporel : musique, intelligence et mouvement
4) Kaddouch Maths-Musique KMN
5) La lecture et l’écriture
5) Le département “Séniors”
6) L’atelier Junior d’initiation à la création musicale actuelle
7) “La pédagogie Kaddouch au service de l’autisme”
9) “Musique & Intelligence”

La méthode d’apprentissage des langues: Kaddouch Language School

La musique est une langue et le langage est musique. La prosodie du langage existe avant le langage. partant de l’aptitude du tout-petit à jouer avec les mots, Kaddouch Language School, en encourageant la motricité du langage et l’improvisation langagière, active les “moteurs linguistiques” auditifs, corporelles et posturaux, et prédispose le jeune enfant à l’apprentissage de toutes les langues.
1° Phase audio- affective
à partir d’histoires illustrées par la musique et la dynamique corporelle de chaque langue présentée tour à tour
2° Phase audio-motrice
improvisations langagières
3° Phase audio-linguistique
audition probabiliste, statistique, sensibilité structurelle (la structure de chaque langue), développement du diaphragme auditif (la bande passante de la langue), la perception modulatoire (les verbes conjugués).
4° Le Protolangage
l’enseignement de la langue “idéale” pour chaque enfant, langue matrice (et non maternelle) propre à déclencher les moteurs linguistiques, et générer le polylinguisme.
5° Le polylinguisme
et ses implications dans le développements des structures mentales.
Cette méthode qui repose sur des données cognitives récentes a été présentée au Collège de France, au linguiste Claude Hagège, qui y a apporté toute son attention.

“La pédagogie Kaddouch au service des enfants à haut potentiel”

Le professeur, par l’analyse des improvisations de l’enfant, va comprendre quels sont ses goûts réels et ses orientations musicales.Le Conservatoire de Neuchâtel(Suisse) a ouvert une classe Musique & Intelligence en septembre 2011 dans laquelle Robert Kaddouch développe le dispositif de cours appliqué à Paris, pour le département des enfants à haut potentiel, nourri d’échanges réguliers avec Arielle Adda, pionnière et spécialiste du sujet.
« Robert Kaddouch présente dans le cadre de sa pratique pédagogique une approche très originale, innovante et intéressante des enfants doués, révélant ainsi des aspects de leur personnalité qui, autrement, seraient restés ignorés, alors qu’ils sont particulièrement enrichissants. »
Arielle Adda, Psychologue clinicienne, spécialiste des enfants à haut potentiel

La méthode d’éveil corporel : Musique, Intelligence et Mouvement

La méthode Kaddouch MIM déjà utilisée en Suède, utilise tout d’abord un déclencheur qui peut être un son, une mélodie, l’espace, une sensation, une idée…
Ce déclencheur provoque une émotion (ex-movere)au sens ou le système nerveux ne peut garder les informations: il les restitue d’un manière ou d’une autre.De cette réaction se constitue une posture comme construction, shèmes de comportements adaptés. La pédagogie Kaddouch va alors utiliser un dispositif de MURS et de MIMES, c’est-à-dire que le musicien va suivre et porter les mouvements du danseur, l’empêcher d’imiter d’autres gestes (Murs)et lui permettre de générer un système cohérent (Mimes). Donc pas d’imitation gestuelle au début, mais des représentations sonores évocatrices par technique de synesthésie fonctionnelle utilisant les neurones miroirs (proposer un geste par le son en stimulant les centres moteurs, mais sans donner le geste lui-même). Le dialogue corporel-gestuel (avec le professeur de danse) viendra apporter les solutions quand le problème aura été posé par l’apprenti. Ainsi, l’élève “n’apprend pas un geste, mais gère des phénomènes physiques en rapport avec sa nature gestuelle”.
notes d’après une conférence donnée par Robert Kaddouch à Stockholm en avril 2000, pour le festival Spelplan Stockholm.

Kaddouch Maths-Musique KMM

Robert Kaddouch a mis au point des situations musicales demandant l’outil mathématique. De plus, il considère que les improvisateurs, pour créer en temps réel, et non utiliser des formats stéréotypés, ont intérêt à transformer les paramètres harmoniques en calcul mental. Ainsi, le musicien s’implique vraiment dans la création, il ne se contente pas de restituer dans un ordre différen
L’enfant utilise son intelligence à construire le réel, à donner du sens . En mobilisant ses forces affectives (affectare:se relier), il se relie au monde qui l’entoure pour lui donner du sens . La musique intervient alors comme un langage exploratif et régulateur, ainsi qu’un outil de contrôle de l’intelligence affective, celle qui permet de s’engager dans de vrais choix, de doser son engagement et sa réactivité, de se positionner réellement . L’improvisation , par exemple, permettra d’exercer l’inhibition cognitive, point culminent de l’intelligence humaine, fonction qui, à la manière d’un GPS, permet de choisir la bonne stratégie de jeu, en bloquant les autres choix possibles . L’activité musicale se voit alors capable de stimuler et d’exercer le potentiel de chaque enfant, tout en lui permettant de réexploiter son expérience, la musique lui ouvre le champs des possibles .
Déroulement d’un cours
-Dis-moi ce que tu rêves de mettre en musique ?”
L’étudiant arrive en cours avec des questions, des propositions, ou bien il attend une prise en charge . Par le dialogue verbal ou (et) musical improvisé, le cours peut consister autant à expliquer par des équations, pourquoi les touches noires sont ainsi disposées, qu’énumérer les opérations intellectuelles qui permettent au lecteur de transformer les notes en sons , le cours peut aussi consister à jouer, improviser sans interruption, et exprimer ainsi ce que les mots ne savent pas dire . L’élaboration d’un programme de travail sera convenu avec l’élève, dès que le projet individuel sera constitué .
Objectifs : 
-Dynamiser l’activité musicale , “écouter et donner le sens”
Le professeur, par l’analyse des productions de l’élève, improvisées ou écrites, va comprendre quels sont ses goûts réels et ses orientations musicales .Ce travail d’interprétation de la création, vecteur d’investissement du potentiel individuel, dynamisera ainsi l’activité musicale-instrumentale de l’enfant autant que les acquisitions en général (scolaires et sportives) .
-Ouvrir un champs de recherche et développer la curiosité . 
“Un enfant peut apprendre tout ce qu’il sait demander”
Permettre à chaque étudiant d’aborder des thèmes apparemment extérieurs à la musique (les planètes, les dinosaures, les oiseaux, la physique …), le professeur se chargera de rendre la matière accessible et de délocaliser le savoir-faire .
-Délocaliser les savoirs et les expériences, 
“valider une réussite spontanée pour déclencher une réussite nécessaire”
Comment un savoir-faire, une compétence intellectuelle ou sportive, peut nourrir une connaissance, une technique musicale . Comment une réussite peut en entraîner une autre, par exemple : 
-pour les plus grands, passerelle maths-musique : transformer les mouvements harmoniques et articulatoires en classes de problèmes mathématiques, afin de gérer les situations musicales avec nos fonctions supérieures (calculer mentalement un enchaînement harmonique que l’on rêve de réaliser)
– pour les sportifs , comment un bon skieur devient un bon mélodiste . Transformer une sensation corporelle en réactions audio motrices, en technique instrumentale .

La lecture et l’écriture

Cette pédagogique traite autant l’approche de la lecture (les déclencheurs), que les différentes stratégies de prise d’information utilisant un potentiel commun à tous, ou des qualités individuelles.
L’objectif pédagogique est de générer un environnement créatif propre à permettre à l’enfant d’investir son potentiel, ses goûts profonds, dans l’apprentissage, illustrant ainsi “lire, c’est créer, ce n’est pas se soumettre”.
Les déclencheurs:
La lecture inductive, inventée, par sub-position, rétroactive, probabiliste, géométrique-modulaire, le déchiffrage improvisé.
Les stratégies
La lecture mécanique, syntaxique, filigranique, syntagmatique, sémiotique.
Autant de techniques mises en forme dans des situations de lecture musicale, et qui commencent à être appliquées pour l’apprentissage de la lecture en général.


Formation Kaddouch au Conservatoire de Lausanne

Le département “Seniors”

Ce département développe une approche adaptée à des « étudiants » qui ne veulent pas commencer à zéro et qui peuvent progresser très rapidement à condition de pouvoir les aider à transformer et réutiliser un savoir-faire acquis dans le domaine professionnel ou autre : de cette délocalisation du savoir naîtra le plaisir musical .

L’atelier junior d’initiation à la création musicale actuelle

créé par Ilan kaddouch, pianiste et compositeur, utilise un environnement informatique doté des logiciels de l’IRCAM et des Music spot , dernier cri de la technologie acoustique que cette école est la seule au monde à posséder .

“La pédagogie Kaddouch au service de l’autisme”

Dans cette méthode, on remarque 4 niveaux d’approche:
– l’éducation par la musique
– l’éducation à la musique
– l’éducation pour la musique
– l’étude musicale
Dans le premier cas, le professeur, par les techniques posturales propre à cette méthode, va permettre à des enfants autistes, d’accéder au domaine de la création et de la communication cf ouvrage “2 études de cas pédagogiques, pour une nouvelle approche de l’enfant par la création”
 

Musique & Intelligence